// Écrire Avec un Peintre //

// Écrire Avec un Peintre //

Écrire avec un peintre : Edward Hopper

Exerçant essentiellement son art à New York, Edward Hopper  est considéré comme l’un des représentants du réalisme américain parce qu’il peignait la vie quotidienne des classes moyennes. Au début de sa carrière, il a représenté des scènes parisiennes avant de se consacrer aux paysages américains et de devenir un témoin attentif des mutations sociales aux États-Unis.

Une grande partie de l’œuvre de Hopper exprime la nostalgie d’une Amérique passée ainsi que le conflit entre nature et monde moderne. Dans une “ambiance métaphysique”, en un monde devenu autre où la relation humaine est comme effacée, ses personnages sont le plus souvent esseulés et mélancoliques.

Arts plastiques, musique, littérature et journalisme s’imprègnent peu à peu des réalités sociales américaines, portant un regard non plus sur les privilégiés du système, mais sur les autres, les gens ordinaires qui sont ainsi magnifiés. L’évidente dimension politique et sociale de ce mouvement est portée par une prise de conscience que l’on peut ramener au milieu du XIXe, quand, en Europe, se posa la question essentielle et très polémique du réalisme, notamment en littérature : le rayonnement international de Victor Hugo et Charles Dickens étant primordial car fondateur.

Proposition d’écriture : Choisir une reproduction d’un tableau de Hopper (cliquez sur les images pour agrandir). Se concentrer sur l’image et en faire une description “objective”, c’est-à-dire la plus neutre possible.

Pour cela, on évitera de faire des phrases. On peut faire des listes, un inventaire, détailler ce que l’on voit mais ne pas faire surgir l’émotion, le ressenti.

Dans ce premier temps il s’agit surtout de décrire et de s’imprégner du tableau. Ensuite, on s’imagine entrer dans le tableau. On devient un personnage ou un élément du tableau ; un témoin de la scène que l’on a choisie de décrire. On entre le dans le tableau et l’on imagine ce qui s’y passe. On invente l’histoire.

Le texte devra être à la première personne (je). On peut prendre la place d’un adulte, d’un enfant ou même d’un animal. On peut devenir une des personnes figurant sur la peinture ou ne pas être visible et seulement raconter l’histoire que l’on a sous les yeux. Le principal étant de vivre dans le tableau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *