Archives de
Catégorie : Écrire au fil de l’eau

Retrouvez ici des textes d’ateliers, fragments, bribes, textes courts écrits au fil du temps…

// Jour de pluie //

// Jour de pluie //

Je me tiens debout, l’épaule appuyée à l’encadrement de la fenêtre. L’humidité ronge les boiseries et les carreaux dégoulinent de condensation. L’un d’eux est cassé et rafistolé avec du Gaffer gris argenté. Je fume en regardant la rue en bas de mon immeuble. Il pleut, les gens se cachent sous des parapluies sombres, les enseignes des boutiques se reflètent sur le sol luisant, taches de gaieté dans le gris ambiant. Près de la porte d’entrée de mon bâtiment, quelques jeunes,…

Lire la suite Lire la suite

// Iku //

// Iku //

Ce matin là, elle venait de terminer la cuisson des haricots rouges et, les laissant refroidir,  elle s’était assise sur le petit banc de bois, devant la boutique. Elle était là, les mains posées sur le tablier de toile épaisse et grise qui recouvrait ses cuisses et protégeait ses vêtements des éclaboussures sombres et épaisses. Elle était là à regarder vers le balcon de Madame Hishiko, sa voisine et amie, et à observer son canari se balançant dans la cage…

Lire la suite Lire la suite

// Le souffle //

// Le souffle //

Elle se souffle sur la main. La gauche. Sa main gauche. Quelque chose l’a frôlée cette main. C’est sûr. Une plume ou une herbe folle ? Un insecte ? Un esprit égaré ? Dans son souffle il y a le souvenir des bougies. Du gâteau d’anniversaire. Pas le dernier, non. Le dernier, c’était pas du gâteau. Mais l’autre, cet anniversaire dans la grange avec tous les amis le vin la sangria la danse. La main dans sa main. Elle se…

Lire la suite Lire la suite

// Henri //

// Henri //

La journée avait mal commencé pour Henri. Depuis ce matin, il se sentait barbouillé, voire nauséeux. Il se dit que cela venait sûrement de la cuisine de Vienne, sa femme, une sorcière bavaroise qui le gavait de plats indigestes depuis qu’elle s’était mis en tête de devenir un « féritaple kordon pleu ». Henri détestait cette femme. Il s’était retrouvé marié sous la pression incessante de sa mère, qui estimait qu’à quarante-trois ans, il était temps que son fiston pense…

Lire la suite Lire la suite

// Les toits d’ardoise //

// Les toits d’ardoise //

Incarnat, tilleul ou paon Murmures d’ardoisesOrangers de veloursVapeurs de shilom argenté…Place au texte !Acrobates les motsIls courent sur le fil rougeAttendez que je vous attrape…Regarde dans le creux de ma main, ils sont làBlottis les uns contre les autresCinq petits mots Les toits d’ardoise sont pentus. Ils sont pentus et gris. Le ciel au pays des toits d’ardoise est lourd comme une vache à eau. Souvent il craque. Il éclate. Il sanglote et dégouline sur les murs jaunes, sur les…

Lire la suite Lire la suite